Petits poids et haltères

affiche-petits-poids-et-halteres-compagnie-la-pierre-et-le-tapis

 

– Allo ?
– Service super héros j’écoute ? Qui est à l’appareil ?
– J’le dirai pas.
– Que puis-je pour vous Monsieur……?
– Mon costume ne va pas.
– Est-il à la bonne taille ?
– Oui.
– Est-il ajusté à votre poids ?
– Oui.
– Est-il de la couleur demandée ?
– Oui.
– Alors, quel est votre problème ?
– Je ne me trouve pas super.
– Ne bougez pas, notre technicien est chez vous dans 3, 2, 1…

 

De et par François Dieuaide et Céline Laguës
D’après les albums de Claire Cantais.
Durée : 30 minutes environ, à partir de 3 ans.

Petits poids et haltères - Compagnie La Pierre et le Tapis - Photo Bernard Lazéras

Être un super héros, c’est quoi dans la réalité ? Est-ce être le plus fort ? Le plus impressionnant ? Le plus musclé ? Le plus séducteur ? Etre super, est-ce réservé aux garçons ? Et si, être super, c’était s’aimer tel que l’on est et accepter les autres ?

Petits poids et haltères, c’est l’histoire d’un garçon qui se rêve autrement, qui s’aimerait en super héros.Petits poids et haltères - Compagnie La Pierre et le Tapis 2 - Photo Bernard Lazéras
Pour accéder à son désir, il se procure un costume de super héros.
Déçu par l’inefficacité du vêtement, il est obligé de demander de l’aide. C’est une fille, aux allures de super héroïne, « Super Prospérine », qui va venir à sa rescousse.
Ensemble, ils sont amenés à s’étonner des capacités de l’autre, ou de ce qu’ils ne peuvent pas faire, ils construisent une amitié, pour finir par se dire qui ils sont.
Entrainement sportif, coaching relationnel, conflit, découragement, alimentent le burlesque des situations.
Reprenant les codes visuels du super héros, Petits poids et haltères expose un parcours d’apprentissage pour accepter l’autre et s’accepter soi sans vouloir se cacher derrière une image formatée.

Petits poids et haltères - Compagnie La Pierre et le Tapis 3 - Photo Bernard Lazéras

Les albums de Claire Cantais Raoul la Terreur, Je ne m’appelle pas Bernard et Rosalie aime le rose sont à l’origine du spectacle Petits poids et haltères.
Ces trois histoires  mettent en avant l’affirmation de soi sans craindre le regard des autres : se rendre compte qu’on est seul parce qu’on joue au méchant, assumer son prénom, être une fille plus ou moins raffinée. Trois thématiques qui questionnent l’identité, en confrontant l’attendu, le préjugé, le cliché, à son contraire ou à son absurdité.
Par ailleurs, Claire Cantais a illustré On n’est pas des poupées, On n’est pas des super héros (avec un texte Delphine Beauvois) ainsi que On n’est pas des moutons  (avec un texte de Yann Fastier), albums qui interrogent aussi les stéréotypes.

Photos : Bernard Lazéras. 

Publicités